Lutter contre les incohérences économiques

L’article R. 351-9 CSS, modifié par le décret n° 2014-349 du 19 mars 2014, prévoit qu’il y a lieu de retenir autant de trimestres que le salaire annuel correspondant aux retenues subies par l’assuré sur sa rémunération représente de fois le montant du salaire minimum de croissance en vigueur au 1er janvier de l’année considérée calculé sur la base de 150 heures. (6090€ pour 4 trimestres).

Or nombre de travailleurs non-salariés artisans ou commerçants, ainsi que d’autres contribuables risque de ne pas atteindre ce plancher pour obtenir validation.

Il serait malvenu, avec les efforts que nous avons demandés à nos petits entrepreneurs de sacrifier en plus de leur rémunération pour la survie de leurs entreprises de les sacrifier sur le plan de leur retraite.

Est-il possible de concevoir une validation automatique des 4 trimestres sur la base du revenu moyen des 3 dernières années par exemple ; ou toute autre méthode, afin de préserver les piliers de notre démocratie : l’égalité puisque nous avons maintenu la base des salariés, et la fraternité pour compenser une partie des sacrifices consentis.

  • Réutiliser les aides financières de l’État dans le but de préserver les emplois et les entreprises alors que maintenant on détruits les emplois et annihile les petites entreprises.
  • Il faut réorienter les aides (Fonds de solidarité) en fonction de la marge et non en fonction du chiffre d’affaires.
  • Réduire le chômage partiel.
  • Donner à manger aux petits commerces et pas seulement donner des aides pour les frais professionnels.
  • Libérer immédiatement les petits commerces sur la base d’un nombre de clients par M² de surface (acceptable). Cela limitera le chiffre mais votre aide « solidarité » étant à 50% de baisse du CA, laisser l’exploitant d’essayer d’avoir les autres 50%
  • Covid2sens propose que les artisans (quand ça vous arrange pour les taxes) mais commerçants (pour la fermeture) puissent faire leur travail.

Nombre de coiffeurs ou d’esthéticiennes reçoivent 1 client à la fois, respectent les protocoles tout aussi bien qu’un médecin ou Kiné.

Acceptent d’aller au domicile en mode sécurisé chez leurs clients.
Pourquoi un tel manque d’égalité et de fraternité pour les personnes qui acceptent.
Nous sommes des adultes pas des « abrutis » infantilisés.

Lutter contre les incohérences en santé :

Nous avons pu prendre conscience lors de la récente crise sanitaire, que nous manquions de lits de réanimation lors d’épidémie, mais également de professionnels.

Notre président a précisé que nous « sommes en guerre ». Dans toutes les guerres, la réserve est appelée avant la mobilisation générale.

Nous avons l’une des meilleures formations gratuites de médecin et d’infirmier. Ces derniers doivent une période de formation en situation dans nos hôpitaux.

Ne pouvons-nous pas proposer l’instauration d’une « réserve de la santé » en prévoyant pour tout professionnel médecin ou infirmier et autres ayant décidé de fonctionner en libéral de rendre à la nation en cas de crise sanitaire 5 jours de travail rémunérés afin de laisser un peu de repos au permanent et de soutenir les goulots d’étranglements ?

Ce serait un coût bien plus modique qu’un coût de confinement. Les professionnels seraient rémunérés bien entendu, et l’utilisation des indemnités d’AMELI PRO aurait été à meilleur escient

  • Les cliniques privés ne sont pas suffisamment sollicitées en renfort alors que les hôpitaux sont débordés
  • Les tabacs sont restés ouverts comme « essentiel » sans restrictions, mais les salles de sport, et le sport individuel totalement annihilés.
  • Il est souhaitable qu’un ordre professionnel (kiné, chirurgien dentiste) reste dans son rôle déontologique et ne s’adjuge pas un droit légal, notamment la fermeture d’une activité professionnelle et ce en menaçant lors de la vague 1.
  • Solliciter les internes ayant quitté l’hôpital récemment (moins de 5 ans)  pour quelques jours afin de reposer le corps médical dans les hôpitaux. 
  • Non au vaccin par manipulation génétique, sans débat étatique national et liberté de choix.

Nos préconisations concernant le vaccin

Le vaccin est un vaccin à ARN messager, il consiste à reproduire une petite portion de l’ARN du virus, c’est à dire un morceau inoffensif de son matériel génétique.

C’est un nouveau procédé qui a été testé sur des animaux et non des humains.

Prudence nous n’en connaissons pas les réactions. 

  • Une information sur le procédé d’action et sur les effets secondaires à court, moyen et long terme soit apportée de manière efficace et éclairée au grand public.
  • La vaccination fasse l’objet d’un débat parlementaire et éventuellement d’un référendum après avoir donné les informations objectives sur le vaccin.
  • La commercialisation du vaccin soit faite après des études scientifiques précises et approfondies.
  • La vaccination soit faite sur le volontariat, donc non obligatoire y compris pour tous les professionnels de santé.